Cookies Nous utilisons des cookies pour que notre site Web fonctionne de manière optimale et pour répondre au besoin d‘information de nos visiteurs. En utilisant notre site Web, vous acceptez le placement de cookies. Lisez notre politique de confidentialité et de cookies pour en savoir plus à ce sujet.
Que cherchez-vous?
Nouvelles, expérience et conseils

Coccidiose : causes, symptômes et prévention

Nouveautés du secteur Nouveautés du secteur6-4-2018

La coccidiose est causée par un parasite intestinal très contagieux qui peut provoquer de graves lésions intestinales chez la volaille. Cela cause des dommages économiques directs à l'exploitation suite à la mortalité, la baisse de croissance et une plus mauvaise conversion alimentaire. Mais l'utilisation de produits anti-coccidiose de manière préventive et thérapeutique peut également engendrer des coûts supplémentaires. Le préjudice annuel dans le monde dans les élevages de volailles suite à la coccidiose est estimé à 2 milliards d'euros. 

Afbeelding: Coccidiose

Cause

La coccidiose est causée par un parasite intestinal unicellulaire, l'Eimeria, dont existent sept variantes (Eimeria spp.) peuvent se retrouver chez la poule. Chez les poulets de chair, ce sont surtout Eimeria acervulina, Eimeria maxim et Eimeria tenella qui jouent un rôle. Les poulets de chair peuvent être infectés simultanément par plusieurs types de coccidiose. Les ookystes (les 'petits oeufs' de la coccidiose) sont très résistants et peuvent survivre durant des années en dehors du corps. 

Les ookystes des différents types de coccidiose sont en principe toujours présents sur une exploitation. Ils peuvent être transmis d'une exploitation à l'autre par l'air, mais également par les chaussures. La coccidiose provoque une maladie uniquement lorsque la pression infectieuse est trop élevée ou lorsque la résistance du poussin est insuffisante. A partir du moment où le poussin d'un jour est arrivé dans le poulailler, ils peuvent être infectés par des ookystes. 

Symptômes

Le syndrome dépend du type d'Eimeria et du niveau d'infection. La coccidiose peut en outre provoquer des infections bactériennes secondaires. Une infection au clostridium et à la coccidiose peuvent se renforcer mutuellement. Les symptômes des différents typs d'Eimeria sont entre autres : des crêtes plus pâles, une conversion alimentaire accure, une baisse de croissance, une plus mauvaise digestion, de la diarrhée et de la mortalité. 

9 conseils pour réduire et/ou éviter les problèmes de coccidiose :

  1. Veillez à avoir une bonne hygiène
    Plus le nombre d'ookystes est faible, plus la pression infectieuse sera réduite. Nettoyez les poulaillers avec beaucoup d'eau et utilisez également un agent de pré-trempage. Cela supprime la couche de graisse du sol, permettant de détacher et d'éliminer les ookystes au jet d'eau. Les ookystes restants peuvent ensuite être traités en désinfectant avec de l'ammoniac ou en brûlant le sol. Les deux méthodes permettent de faire exploser et de tuer les ookystes. Faites faire la décontamination par une entreprise agréée afin d'augmenter le niveau de réussite.
  2. Veillez à avoir un sol avec une surface lisse/fermée
    Les ookystes peuvent parfaitement se nicher dans des joints et des interstices. Ils se protègent ainsi contre les désinfectants et peuvent survivre plus longtemps. Remplissez de préférence les joints et les interstices. Cela réduira non seulement les chances de survie des ookystes, mais également des autres bactéries et virus. Pendant le nettoyage du poulailler, supprimez également les matières organiques présentes dans les joints et les interstices. Cela réduira significativement la pression infectieuse.
  3. Attention à la densité
    En cas de densité (trop) élevée, la litière aura tendance à s'agglutiner. Pour un ookyste, une litière humide représente un milieu idéal pour se multiplier. Evitez par conséquent une sur-occupation (locale) et adaptez les quantités de poulets à démarrer au planning d'abattage.
  4. Un bon démarrage est important pour la santé intestinale
    Un bon démarrage est important pour le développement global du poussin. Un bon démarrage résulte automatiquement en une meilleure santé intestinale qui réduira la sensibilité du cheptel aux infections par la coccidiose. Consultez à cet effet la fiche de management '10 conseils pour un bon démarrage' et utilisez les aliments Préstart développé par ForFarmers pour chaque concept.
  5. Veillez à avoir un climat optimal
    Les problèmes de climat peuvent provoquer du stress chez les poussins. Le stress influence la résistance du cheptel et donne à la coccidiose un moyen aisé de se développer.
  • Vérifiez par conséquent régulièrement que les sondes indiquent les bonnes valeurs.
  • Lors de changements de saisons, vérifiez les courbes et autres paramètres afin de les adapter à la saison.
  • Evaluez les poussins pendant la ronde à différents moments afin de pouvoir adapter correctement le climat.
  • Utilisez éventuellement des tetst de fumée pour évaluer les flux d'air. Le spécialiste du climat de ForFarmers vous y aidera volontiers.

     6.  Ne pas faire jeuner les poussins trop longtemps ni trop souvent

La mise à jeun des poussins engendre du stress. Par ailleurs les intestins se vident, de sorte que les agents anti-cox retrouvent en trop faible quantité (ou pas du tout) dans les intestins. Cela peut constituer un catalyseur pour la coccidiose. Le conseil est de laisser les poussins vider les mangeoires une fois par jour, en les laissant vides pendant maximum une heure. Vérifiez également que cette période ne soit pas trop longue. Veillez aussi à ce que vos poussins aient pu absorber suffisamment d'aliments avant la tombée de la nuit.

     7.   Effectuer une section durant les semaines 3 et 4

Pendant la période critique, les semaines 3 et 4, il est extrêmement important de savoir quelle variante de la coccidiose est présente dans votre cheptel et dans quelle mesure. Prélevez pour cela un échantillon de votre litière (comptage des ookystes, OPG) et/ou faites effectuer une autopsie. La plupart des cabinets vétérinaires peuvent le faire pour vous. Les résultats de l'examen sont souvent disponibles en quelques heures. Vous pouvez ainsi agir précocement à d'éventuels problèmes qui sont apparus, par exemple en utilisant des acides gras à chaîne moyenne (MCFA - Selko for Health), de l'acide (Selko pH) ou du chlore.

     8.   Attention à la qualité de la litière

Une litière sèche est importante pour pouvoir maîtriser la coccidiose. Attention à ce que les changements de litière se passent en douceur. Les changements de litière peuvent provoquer un stress et avoir un impact négatif sur la digestion. La hauteur des abreuvoirs et la pression de l’eau méritent également une attention spéciale. Pour éviter le gaspillage de l'eau, les abreuvoirs doivent être suspendus assez haut pour que les poussins soient obligés de s'étirer pour pouvoir boire. Ne mettez pas l'eau à une pression trop élevée. Vérifiez les sorties régulièrement et remplacez les embouts tous les 7 ans Comme indiqué au point 3, une litière humide facilite la formation de spores des ookystes et augmente ainsi la pression infectieuse sur les animaux.

     9.   Changez de programme anti-cox

L’effet des produits introduits dans les aliments pour combattre la coccidiose peut diminuer au fil du temps, parce qu’une résistance s’est développée. Pour prévenir cette résistance, il est conseillé de changer de produit. Lorsque le problème persiste, l’ajout d’un produit chimique ou une vaccination peut offrir une solution. Faites cela en étroite concertation avec votre vétérinaire et conseiller.