Cookies Nous utilisons des cookies pour que notre site Web fonctionne de manière optimale et pour répondre au besoin d‘information de nos visiteurs. En utilisant notre site Web, vous acceptez le placement de cookies. Lisez notre politique de confidentialité et de cookies pour en savoir plus à ce sujet.
Que cherchez-vous?

Une circularité au top grâce à l’aliment liquide !

Nouveautés du secteur Nouveautés du secteur26-5-2021

Omnivore, le porc est l’animal de recyclage par excellence, depuis toujours. Il mange avec appétit les sous-produits issus de l’industrie alimentaire et de la production du bioéthanol. Ainsi, de nombreux produits sont impropres à la consommation humaine, mais peuvent encore présenter une valeur nutritionnelle en alimentation animale. Pensez aux épluchures de pommes de terre, au petit-lait, à la levure de bière, aux solubles de blé, à l’amidon de froment… Notre département DML (dry-moist-liquid) veille à ce que ces produits soient commercialisés de la manière la plus locale possible. En fournissant partiellement des protéines et de l’énergie dans une ration à partir des sous-produits, vous avez besoin de moins de soja et de céréales. En outre, les produits riches en humidité contiennent également beaucoup d’eau, ce qui signifie que moins d’eau est nécessaire dans un élevage pratiquant l’alimentation en soupe. Le fumier des porcs est alors utilisé pour la culture des propres céréales. N’est-ce pas un bel exemple d’agriculture circulaire ?

Afbeelding: _37A7819

Une meilleure image commence par soi-même

De nombreux pas ont été franchis dans notre secteur en matière de durabilité. L’aliment liquide est un bel exemple de rapprochement entre la responsabilité sociétale des exploitations et un bon modèle économique. Toutefois, la direction durable prise par la plupart des exploitations reste encore trop souvent méconnue ou mal comprise par le grand public. L’image du secteur pourrait bénéficier d’un soutien. C’est la raison pour laquelle l’étudiante Louise Mouton de la haute école Vives, section agronomie et biotechnologie, a réalisé lors de son stage chez ForFarmers un entretien sur la durabilité auprès d’une dizaine d’éleveurs pratiquant l’alimentation en soupe, sur le thème « Une meilleure image commence par soi-même ». Ceci afin de sensibiliser les exploitants et de comprendre leur perception de la durabilité.

Conclusion de l'enquête

  • Quasiment tout le monde a indiqué voir l’agriculture circulaire comme une opportunité : « Produire durablement est devenu la nouvelle norme », « Produire durablement nous permet de meilleures prestations à tous les niveaux », « La durabilité est également synonyme de progrès économique », ne sont que quelques éléments entendus par l’étudiante.
  • La thèse selon laquelle la durabilité serait synonyme de coûts plus élevés ne s’applique pas à l’aliment liquide, au contraire. Les exploitants ont indiqué que le faible coût des aliments est la raison principale pour laquelle ils optent pour l’aliment liquide. Suivent une meilleure gestion des résultats techniques, la valorisation des propres céréales et l’aspect de durabilité.
  • Outre l’utilisation des sous-produits, de nombreux exploitants ont déjà investi dans des techniques durables, telles que leur propre production et récupération d’énergie, l’approvisionnement en eau, la purification de l’air, le traitement du fumier, et ils souhaitent prendre d’autres mesures.
  • À la question demandant à quoi ressemblerait une exploitation viable en 2030, des réponses très différentes ont été reçues. Il y avait une grande unanimité concernant le fait qu’un éleveur de porc devrait pouvoir conserver sa « licence de producteur ». La rentabilité et la durabilité joueront un rôle de plus en plus important à ce sujet à l’avenir. Notre approche de l’aliment liquide s’adapte parfaitement à ceci.