Cookies Nous utilisons des cookies pour que notre site Web fonctionne de manière optimale et pour répondre au besoin d‘information de nos visiteurs. En utilisant notre site Web, vous acceptez le placement de cookies. Lisez notre politique de confidentialité et de cookies pour en savoir plus à ce sujet.
Que cherchez-vous?
Nouvelles, expérience et conseils

Comment améliorer le rendement en élevage viandeux?

Conseils de nos spécialistes Conseils de nos spécialistes2-4-2019

Songez aux paramètres que vous pouvez influencer! La reproduction est un important facteur qui détermine la rentabilité du secteur viandeux. L’éleveur peut influencer ce paramètre. L’âge au premier vêlage et l’intervalle de vêlage sont en effet des facteurs décisifs de la rentabilité en élevage viandeux.

Age au premier vêlage et croissance journalière souhaitée

Le bon point de départ, c’est 600 kg, c’est l’objectif minimum de poids au premier vêlage. La volonté de l’éleveur, c’est d’atteindre ce poids à 24 mois. En pratique, une croissance journalière atteint 800 gr. au cours des huit premiers mois de vie pour une génisse de race Blanc-Bleu. Mais ensuite, la croissance diminue souvent dramatiquement à 500-600 gr. dans de nombreuses exploitations, alors que la croissance devrait être nécessairement maintenue à 750 g pour atteindre l’objectif. Ce n’est pas une question d’âge, mais une question de poids - 375 à 400 kg -, pour qu’une génisse Blanc-Bleu  entre en chaleur. Ce poids doit être atteint à 15 mois pour un vêlage à 24 mois. Voilà pourquoi il est nécessaire de complémenter les génisses durant la deuxième période de pâturage, lorsque l’herbe est plus rare et de moindre qualité. Sans cela, les génisses arrivent à la puberté, et donc à la saillie, beaucoup plus tard. L’âge au première vêlage sera beaucoup trop tardif. Un mois de retard coûte au minimum 40 €, à cause des frais alimentaires qui augmentent. En outre, il faut un cheptel femelle plus important pour obtenir le même nombre de veaux. Une primipare de 30 mois coûte au moins 250 € de plus qu’une primipare de 24 mois.

Intervalle de vêlage

On peut estimer qu’un intervalle de vêlage de 380 jours est une bonne moyenne. Pour y parvenir, les vaches doivent à nouveau entrer en chaleur environ 10 semaines après le vêlage. La condition des vaches est absolument décisive. Il faut d’abord veiller à ce que les vaches soient en bonne condition lors du vêlage, et ensuite, qu’elles ne maigrissent pas trop. Il est donc nécessaire de bien nourrir les vaches allaitantes, au moyen d’une ration équilibrée, également. En pratique, beaucoup d’erreurs sont commises dans le calcul des rations, souvent déséquilibrées en énergie, protéines, vitamines et minéraux. Un intervalle de vêlage allongé d’un jour a un coût. Il correspond à environ 2€/animal/jour. Il s’agit d’une perte, d’un poste de frais qui peut être fortement diminué par la gestion des chaleurs et de l’alimentation.